Pour IBM, cette société minière d’IA est la meilleure en Amérique latine.

127

São Paulo – Le géant américain IBM a décerné en février dernier les meilleures solutions dans le domaine des intelligence artificielle connecté à votre plateforme Watson. Et sur la scène de la cérémonie, qui se tenait pendant l’événement annuel Think, se trouvait un nom brésilien : la société Kukac. Responsable d’une solution éducative appelée Speck, la société minière a été fondée à la fin de 2015 – mais son histoire s’étend bien au-delà de quatre ans.

L’entreprise qui a créé Speck a en fait 31 ans et s’appelait à l’origine Planis, comme il l’a dit Roberto Francisco, aujourd’hui PDG de Kukac, dans un entretien avec EXAMEN. Toutefois, le nom a été mis de côté en 2016, de même que l’accent mis à l’origine sur le conseil. Tout cela parce qu’un projet de création d’une unité de calcul cognitif au sein de l’entreprise a eu plus de succès que ce à quoi s’attendaient ses propriétaires.

A lire aussi : Analphabétisme numérique : promouvoir l'accès à l'Internet au Brésil

Voir aussi

  • TECHNOLOGIEVolkswagen et IBM vont créer une application similaire à Google Mapsquery_builder 28 fév 2019 – 10:02 AM
  • IBMAFFAIRESIBM va ouvrir un centre d’intelligence artificielle au Brésilquery_builder 12 fév 2019 – 21h02

“Nous avons créé un bras chez Plansis en 2014 pour travailler sur le développement d’applications d’intelligence artificielle, mais nous nous sommes vite rendu compte qu’il allait grandir et qu’il devait être plus important que la marque principale,” explique Francisco. “A tel point qu’à la fin de l’année 2015, nous l’avons transformée en une entreprise et nous avons esquissé un plan pour être pertinents sur le marché de l’IA d’ici la fin 2016. Mais cela s’est passé plus vite que prévu, et en mars, nous avons déjà été reconnus par IBM et avons commencé à attirer la curiosité des clients.

A lire également : Qu'est-ce que la 5G et quelles améliorations apportera-t-elle aux utilisateurs ?

C’était l’occasion d’échanger l’ancienne marque contre la nouvelle. Kukac a obtenu une nouvelle adresse, un nouveau bureau et a subi une transformation numérique, comme l’exécutif l’a décrit. L’entreprise a rapidement commencé à investir dans des solutions basées sur l’intelligence artificielle. Et après une première tentative avec le service Free Valorize, pour l’évaluation de l’entreprise, la nouvelle marque a donné vie au Speck désormais primé. Mais qu’est-ce qu’il fait, de toute façon ?

Apprentissage adapté

L’outil créé par Kukac est basé sur un concept appelé “lifelong learning”. Ce que Speck fait est une évaluation socio-émotionnelle et cognitive d’une personne – un élève dans une école ou un candidat à un poste dans une entreprise – basée sur un texte et des informations qu’elle soumet elle-même sur la plate-forme.

La solution utilise l’intelligence artificielle de Watson pour lire et interpréter les données et ainsi dresser le profil de la personne, en soulignant ses forces et ses faiblesses. Sur cette base, l’école ou l’entreprise peut définir le meilleur plan d’étude ou de carrière, selon le cas, et assurer un suivi plus étroit si elle identifie des problèmes. La plateforme permet également de suivre l’évolution des personnes au moyen de nouveaux tests et recommande qu’au moins quatre (et un maximum de huit) évaluations soient effectuées au cours d’une année. Plus les données fournies sont nombreuses, meilleurs sont les rapports générés par Speck.

C’est cette proposition différente qui, de l’avis de Francisco, a conduit IBM à reconnaître le travail de la compagnie minière. Au cours de Think, l’entreprise a été classée comme le “champion” de l’Amérique latine et a été parmi les sept meilleures solutions au monde qui utilisent Watson. Maintenant, les prochaines étapes pour gravir cette échelle impliquent plus d’innovation. Les plans des mineurs pour 2019 et 2020 sont de lancer un robot tuteur, le L3HD, pour aider à suivre les étudiants, et de transformer Speck en un écosystème avec une monnaie locale.