Les principaux aéroports du pays élargissent les mécanismes de surveillance des drones

48

São Paulo – Il y a un mois, l’aéroport de São Paulo Congonhasdans la partie sud de la São Paulo…a été fermé pendant 20 minutes. Les avions n’ont pas atterri ni décollé et 16 vols ont été retardés, causant des dommages. Ce n’était pas un problème de piste ou du mauvais temps. La raison de la confusion : un bourdonnement qui a envahi l’espace aérien. Des cas comme celui-ci se produisent plus souvent et inquiètent les aéroports du monde entier. Au Brésil, les terminaux et les autorités sont en train d’élaborer des stratégies pour mettre fin au siège de ces équipements, qui, selon les experts, pourraient même faire tomber un avion.

Les drones qui volent près des deux aéroports les plus fréquentés du pays ne passent plus dans l’anonymat. Un système, à l’essai au Congonhas et mis en œuvre cette année à l’aéroport international de São Paulo, à GuarulhosLe centre des commandes de vol détecte l’approche de ces équipements et envoie l’emplacement de l’objet au centre des commandes de vol. Sur l’écran de l’ordinateur du contrôleur, un symbole rouge indique une mise au point d’alerte.

A lire en complément : Les startups doivent résoudre les problèmes du grand public, selon le fondateur de Waze

“Chaque fois que le drone entre dans le rayon de 7 kilomètres, un écran connecté 24 heures sur 24 alarme l’employé (du centre de contrôle opérationnel) “, explique le commandant Miguel Dau, directeur des opérations de l’aéroport GRU, le concessionnaire qui gère Guarulhos. Et même ceux qui ne sont pas dans la salle pour le moment reçoivent l’alerte, qui arrive également par e-mail et par message mobile.

Voir aussi

A lire en complément : Les utilisateurs seront en mesure de supprimer l'historique des données de compte, dit Facebook

  • Barragem se rompe e lama invade Brumadinho, na Grande BHBRÉSILDes jeepers et des drones se mobilisent pour venir en aide à Brumadinhoquery_builder 26 jan 2019 – 16h01
  • MONDEA Gatwick, Londres, les vols reprennent après le chaos des drones….query_builder 21 déc 2018 – 09h12

“Nous installons de petites antennes (autour de l’aéroport) qui captent tous les signaux transmis, tels que Wi-Fi et radio, mélangés ensemble. L’intelligence est de les prendre et de comprendre lesquels sont des drones “, explique Eduardo Neger, directeur de l’ingénierie chez Neger Telecom, la société qui a donné naissance à Drone Control. La technologie est née d’une recherche menée en partenariat avec l’Université d’Etat de Campinas (Unicamp). Selon Neger, puisqu’il y a communication entre la télécommande et le drone, il est possible de savoir où sont les deux. “Qui donne l’information, c’est l’équipement lui-même.”

Si le drone s’approche de la zone dite “rouge” de l’aéroport, à 3 km, l’inquiétude augmente. Dans ces cas, explique Dau, le terminal de Guarulhos identifie l’emplacement du contrôleur de drones et déclenche les autorités à le trouver.

Bien que cela soit techniquement possible, il n’y a pas d’autorisation d’abattre le drone. Depuis sa mise sous tension à Cumbica il y a un an, le système a identifié plus de 500 de ces objets qui se faufilent.

Tout effort pour viser les drones n’est pas trop zèle. Si vous heurtez les surfaces d’un avion, comme les ailes ou la queue, un drone peut le faire tomber. Et de l’intérieur de l’avion, il est difficile pour un pilote de le repérer et de le détourner. Le problème touche également les hélicoptères.

Voir aussi

  • Teste da fabricante da fabricante de drones Horus, em Santa CatarinaEXAMEN D’EXAMENLes agrodrones décollent dans les cultures brésiliennesquery_builder 22 nov 2018 – 05:11 AM
  • Aeronave de brinquedo AR.Drone, da ParrotTECHNOLOGIELe gouvernement britannique approuve l’utilisation de systèmes de détection de dronesquery_builder 25 déc. 2018 – 13h12

“Un petit drone pesant jusqu’à un kilogramme équivaut à l’impact d’un oiseau, qui peut endommager la turbine, à perte. Mais un plus gros peut causer un accident”, dit Jorge Eduardo Leal Medeiros, professeur de transport aérien et d’aéroports à l’Université de São Paulo (USP).

Il n’y a pas d’enregistrement de collisions dans les terminaux brésiliens, mais les opérations ont dû être suspendues cinq fois, dont trois fois au Congonhas depuis 2017. Les dommages à l’aéroport ont causé l’extinction du voyant jaune. Selon Infraero, qui administre Congonhas, les tests avec la technologie antidrone ont commencé en novembre 2018. A l’aéroport international Tom Jobim, à Rio, le concessionnaire de RIOGaleão devrait également louer le système dans les prochains mois.

Le Département du contrôle de l’espace aérien (Decea) de l’armée de l’air étudie également des mesures de ce type. Il n’y a pas encore de détails, mais l’organisme espère les mettre en pratique cette année. “Nous cherchons des moyens de détecter, de surveiller et de neutraliser les drones “, explique le colonel Jorge Humberto Vargas, chef de la division coordination et contrôle de Decea.

Ce n’est pas un jouet.

A un clic d’internet et même disponible dans les grands magasins, l’achat d’un drone est facile, mais le décollage demande du soin. Il est nécessaire de l’enregistrer dans trois agences : Decea, l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) et Telecommunications (Anatel). Rien qu’à Anac, le nombre d’équipements enregistrés a atteint 59,5 000 en décembre, soit presque le double du nombre enregistré un an auparavant.

Les drones peuvent être utilisés à des fins récréatives, mais il y a des règles à suivre (Bruce Bennett/Getty Images).

Les drones utilisés à des fins récréatives ne peuvent pas décoller à 9 km de la piste, selon les règles de Decea. Quiconque enfreint les règles est passible d’amendes et même de cinq ans de prison. L’équipement plus moderne dispose déjà d’une technologie interne qui empêche le décollage dans des zones irrégulières.

A Campinas (SP), l’aéroport de Viracopos mise sur le partenariat avec ceux qui vivent autour. Deux drones ont été aperçus à proximité – un cette année et l’autre en 2018. “Nous donnons des conférences dans les écoles sur les dangers de l’élimination des ballons, des lasers et des déchets…. Maintenant, nous incluons le drone “, a déclaré Rosa Maria Brollo Fernandes, directrice de la sécurité opérationnelle de Viracopos et vice-présidente du groupe de sécurité opérationnelle des infrastructures aéroportuaires du Brésil (Baist).

Au Baist, qui réunit des représentants des principaux aéroports et agences gouvernementales du pays, les discussions sont à l’ordre du jour et ont même motivé la création d’une équipe spécifique pour s’occuper de cette question. “C’est devenu un problème d’aviation, dit Rosa.

“J’ai fait une manœuvre pour m’enfuir”

C’était l’été et, de l’intérieur de l’hélicoptère, les premiers intervenants du service d’incendie ont tenté d’alerter un nageur qui se baignait dans une zone à risque de la mer de Guarujá (SP). Mais le danger venait du ciel. Le colonel Paulo Luiz Scachetti Júnior, qui pilotait l’avion, est tombé sur un drone en regardant ailleurs. Commandant de l’armée de l’air de la police militaire de São Paulo, il mesurait environ 30 mètres.

“J’ai regardé à gauche et j’ai vu le drone s’approcher. Il n’y a pas eu d’accident – et le propriétaire du drone n’a jamais été retrouvé. “Est-ce qu’il me voyait ? Je ne sais pas, je ne sais pas. Je ne connais pas les intentions. Si je monte, il peut venir avec moi et, c’est tout : frapper. Il y a une peur. Ce n’est pas confortable.”

En plus des risques pour les avions, les pilotes d’hélicoptère ressentent aussi les impacts du ciel parsemé de drones. Ce sont eux qui voient le plus l’équipement parce qu’ils volent à des hauteurs et à des vitesses inférieures.

“Nous avons reçu plusieurs rapports d’observations de drones à l’atterrissage et en croisière. Même en cas de risque de collision “, explique le commandant Thales Pereira, président de l’Association brésilienne des pilotes d’hélicoptères (Abraphe).

Il y a un peu plus d’un an, il en a vu un lui-même, dans la région de Barra Funda, dans la zone occidentale de São Paulo. “Je l’ai survolé. J’étais à une hauteur très proche de celle de mon avion et à une distance maximale de 60 mètres “, raconte Pereira, qui volait de nuit. “Si j’étais sur le même cap et à la même altitude, j’aurais probablement eu une collision.”

Voir aussi

  • SCIENCEEn Amazonie, les drones sont de nouveaux alliés dans la préservation des marsouins.query_builder 16 août 2018 – 11:08 AM
  • Drone da Rakuten: noodles e frango frito entregues por via aéreEXAMEN D’EXAMENLes drones révolutionnent la logistique. Bien sûr, si la bureaucratie ne s’y oppose pas…query_builder 24 mai 2018 – 05h05

Danger

Un crash de drone, dans des zones sensibles telles que le rotor et les surfaces qui soutiennent l’hélicoptère, peut provoquer l’écrasement de l’avion, selon les experts. Chez Abraphe, des directives sur la présence de l’équipement ont déjà été incluses dans le cours des jeunes pilotes.

“Jusqu’à il y a quelque temps, le pilote s’inquiétait des vautours, des câbles, des tours, des cerfs-volants et d’autres avions. Aujourd’hui, il vole inquiet des oiseaux, des fils, des tours, mais aussi des drones”, explique le lieutenant-colonel Renato Lima, commandant du groupement aérien de la police militaire de Bahia. L’orgue guide également ses pilotes et fait des activités avec les “droneiros” pour qu’ils connaissent les règles.

Dans le monde entier

Battements

Les cas de collisions ne sont pas fréquents et, à ce jour, il n’y a pas eu de dossiers de victimes. En Argentine, en 2017, le choc d’un drone à l’avant d’un Boeing qui a volé de Patagonie à Buenos Aires a causé des dégâts.

Pertes

Les problèmes les plus courants sont la fermeture des voies ferrées. Avant-hier, l’aéroport international de Dubaï, l’un des plus fréquentés au monde, a suspendu les atterrissages et les décollages pendant 30 minutes. À Londres, il y a un mois, l’aéroport d’Heathrow a été fermé pendant une heure. Au Brésil, il y a eu cinq cas similaires. Lorsque cela se produit, il peut y avoir un effet en cascade, avec des retards dans d’autres endroits.

Réactions

Plusieurs pays testent des technologies pour arrêter cet équipement. Les stratégies vont de la réduction des signaux à l’entraînement des pygargues pour les capturer, comme aux Pays-Bas. En Europe et aux États-Unis, ce sont les équipements terroristes qui suscitent le plus de préoccupations.

Regras

Les règles relatives à l’approche des drones dans les aéroports varient d’un pays à l’autre. Aux États-Unis, une autorisation est requise et des distances minimales sont autorisées. Il y a des pays qui n’ont même pas de loi sur le sujet et d’autres, comme l’Iran et Cuba, ont interdit l’équipement, selon le journal O Estado de S. Paulo.