Systèmes d’exploitation les plus utilisés en juin 2019 : Analyse et tendances

66

En juin 2019, l’univers des systèmes d’exploitation (OS) était dominé par quelques géants technologiques, reflet d’une lutte constante pour l’innovation et la part de marché. Windows maintenait sa position de leader sur les ordinateurs de bureau, tandis qu’Android et iOS se livraient une bataille sans merci sur le terrain des appareils mobiles. La popularité de macOS continuait de croître chez les professionnels créatifs, et Linux séduisait une niche d’utilisateurs privilégiant la flexibilité et le contrôle. L’évolution des parts de marché suggérait des tendances, avec une montée en puissance des systèmes offrant des écosystèmes intégrés et une expérience utilisateur homogène.

État des lieux des systèmes d’exploitation en juin 2019

En juin 2019, le paysage des systèmes d’exploitation se caractérisait par une hégémonie de Windows 10, qui, avec une part de marché de 60%, dominait largement le secteur des systèmes d’exploitation pour ordinateurs. L’éditeur Microsoft, fidèle à sa stratégie d’intégration, offrait une mise à niveau gratuite de Windows 7 à Windows 10, une manœuvre qui non seulement fidélisait sa clientèle mais anticipait aussi la fin de support de Windows 7 prévue pour le 14 janvier 2020. En dépit d’être le système le plus utilisé, Windows 10 n’échappait pas aux critiques concernant la sécurité, avec un total de 1111 failles recensées.

A lire aussi : Cybersécurité en 2024 : stratégies essentielles pour les PME

Au sein du spectre des distributions Linux, Debian se distinguait par sa robustesse et sa stabilité, malgré un nombre élevé de vulnérabilités (3067 failles) mises en lumière sur une période de vingt ans. C’est le système d’exploitation Android, sorti en 2008, qui inquiétait en termes de sécurité avec 2563 failles, soulignant ainsi les défis constants liés à la sécurité des appareils mobiles. En revanche, Linux affirmait sa présence en tant qu’acteur incontournable du cloud, capitalisant sur sa flexibilité et son ouverture.

Pour ce qui est de Apple, macOS Catalina se positionnait avec une part de marché significative de 12,5%, en partie grâce à la mise à jour de la quasi-totalité des Mac en 2019. Cet OS offrait une alternative prisée par les professionnels de la création, avec un écosystème fermé mais fortement intégré. Les systèmes GNU/Linux, bien que représentant seulement 2% des parts de marché, continuaient d’attirer une communauté d’utilisateurs fidèles, privilégiant la personnalisation et l’adhésion aux principes du logiciel libre.

A lire également : Installation des équipements informatiques en entreprise : contactez un professionnel

Comparaison de l’utilisation des OS : tendances et évolutions

Dans la course aux parts de marché, Windows 10 maintient sa première place avec une domination de 60%. Ce chiffre imposant, loin devant ses concurrents, reflète la stratégie agressive de Microsoft, qui a su capitaliser sur la transition gratuite offerte aux utilisateurs de Windows 7. Malgré cela, Windows 7 conserve une présence remarquable, s’accrochant à environ 10% des ordinateurs, un chiffre non négligeable compte tenu de sa fin de support.

macOS Catalina, quant à lui, se classe deuxième avec 12,5% des parts de marché mondiales. Apple, fidèle à son image de marque, mise sur une expérience utilisateur cohérente et intégrée, actualisant presque l’intégralité de ses Mac en 2019. Cette montée en puissance de Catalina traduit un attrait pour un écosystème fermé et maîtrisé, particulièrement prisé par les professionnels de la création.

Les systèmes d’exploitation basés sur Linux et GNU/Linux demeurent des acteurs de niche avec, respectivement, 2,4% et 2% de parts de marché. Si ces chiffres peuvent paraître modestes, ils symbolisent une communauté d’utilisateurs engagés, privilégiant la transparence, la sécurité et la personnalisation. Linux, en particulier, se distingue comme un pilier du cloud, bénéficiant d’une adoption soutenue dans les infrastructures de services numériques.

La présence des smartphones Android dans le paysage des systèmes d’exploitation est aussi à souligner, bien que séparée du segment des ordinateurs. Avec une part de marché considérable dans le domaine mobile, Android renforce l’emprise de Google sur les utilisateurs quotidiens, tout en alimentant les débats sur la sécurité et la gestion des données personnelles. Cette omniprésence de l’intelligence artificielle dans les services Google via Android marque une évolution notable des usages informatiques.

systèmes d exploitation  tendances

Impact des systèmes d’exploitation sur le marché et prévisions

Le marché des systèmes d’exploitation est un indicateur stratégique de la santé économique des géants technologiques. Microsoft, avec sa suite de produits incluant Windows et Office, génère des recettes considérables. La firme de Redmond, malgré une condamnation pour pratiques anticoncurrentielles, continue d’exercer une influence prépondérante sur le marché mondial grâce à la prééminence de Windows 10, qui capte 60% des parts de marché.

Apple n’est pas en reste, sa gamme de produits tels que macOS, MacBook et iMac contribue à un écosystème intégré et lucratif. MacOS Catalina, qui s’arroge 12,5% des parts de marché mondiales, illustre l’engagement des utilisateurs envers la marque à la pomme. Cette confiance se traduit par une fidélisation client et un chiffre d’affaires mondial robuste.

Les systèmes d’exploitation tels que Debian et les distributions basées sur GNU/Linux, bien que moins répandus, jouent un rôle fondamental dans le domaine de la sécurité informatique et des infrastructures du cloud. Debian, malgré un nombre de failles de sécurité plus élevé, reste une référence pour les environnements serveurs et les utilisateurs avancés qui privilégient la stabilité et la flexibilité.

En regardant vers l’avenir, les tendances indiquent une croissance potentielle pour les systèmes open source tels que Linux dans l’ère du cloud computing et de l’intelligence artificielle. Bien qu’ils ne représentent que 2,4% des parts de marché, leur importance dans les infrastructures de services numériques est incontestable. Android, avec ses vulnérabilités, continue de régner sur le domaine mobile, suggérant une évolution des systèmes d’exploitation vers plus de mobilité et d’interconnexion avec les services basés sur l’intelligence artificielle.