5 façons de protéger ses systèmes de vidéosurveillance

249

Au cours de la dernière décennie, les systèmes de vidéosurveillance et de sécurité ont beaucoup progressé grâce à l’omniprésence croissante du protocole Internet (IP) et de l’Internet des objets (IoT). En envoyant et en recevant des données directement via Internet et en offrant des fonctionnalités avancées telles que des capteurs de mouvement, un stockage en nuage, une analyse vidéo et des notifications automatiques, ces systèmes fournissent une protection fiable pour les entreprises. Mais en dépit de leurs avantages, les systèmes vidéo IP comportent également des risques importants en matière de sécurité lorsqu’ils utilisent une infrastructure publique, car les cybercriminels disposent de moyens d’attaque faciles. Ils ont même des topologies et des technologies qui les rendent plus complexes et augmentent leur ‘surface d’attaque’. En fin de compte, ils rendent les utilisateurs vulnérables aux attaques par déni de service distribué (DDoS) et Man in the Middle (mitm), aux violations de la vie privée, aux installations de logiciels malveillants et aux fuites de données. Pour minimiser les risques et protéger vos installations, données et utilisateurs, vous pouvez suivre ces 5 astuces qui permettront de renforcer la sécurité de vos systèmes de vidéosurveillance. 

Profitez des systèmes de prévention et de détection des intrusions

Dans le cadre d’une solide stratégie de cyberdéfense, vous devez installer un logiciel antivirus sur les terminaux des utilisateurs et enregistreurs vidéo numériques (DVR). Cela permettra de détecter et de prévenir la propagation des infections malveillantes. Dans les topologies en circuit ouvert physique (POC) non distribuées, où les hôtes réseau tels que les caméras et les DVR ont des adresses IP publiques, un système de détection d’intrusion réseau (NIDS) peut détecter des schémas de trafic malveillants ou anormaux qui peuvent indiquer la présence d’un pirate informatique. Les pare-feu VPN de nouvelle génération peuvent être un moyen facile pour bloquer les menaces et crypter le trafic réseau critique. C’est un bon moyen de rendre vos systèmes de vidéosurveillance et même votre alarme d’entreprise plus sûrs et plus efficaces pour lutter contre les intrusions malveillantes que ce soit sur le plan physique ou sur le plan numérique. 

A lire en complément : Emploi : comment évolue le recrutement en 2022 ?

Chiffrez les données pour une transmission sécurisée

Toutes les transmissions vidéo, en plus des informations telles que les noms d’utilisateur et les mots de passe, doivent être cryptées pour protéger les données en transit, en particulier si elles traversent Internet. Il existe de nombreuses options de cryptage disponibles, mais les plus courantes sont SSL / TLS pour les informations de l’utilisateur et IPsec ou MACsec pour les données. Un cryptage approprié aide à prévenir les écoutes clandestines. 

Déployez des mots de passe sécurisés et un accès multi-niveaux

Les mots de passe sécurisés doivent être un élément essentiel du cadre de sécurité du système. La longueur, la complexité et les changements réguliers sont essentiels à la solidité d’un mot de passe. Ceci est particulièrement important si l’appareil utilise le transfert de port. 

A découvrir également : Les startups doivent résoudre les problèmes du grand public, selon le fondateur de Waze

Gardez le logiciel à jour

Tout système de vidéosurveillance a besoin de mises à jour logicielles occasionnelles pour maintenir sa sécurité. Des mises à jour du firmware peuvent être publiées régulièrement ou occasionnellement dans le cadre du lancement du patch d’un périphérique pour une vulnérabilité spécifique. Il est essentiel d’enregistrer l’appareil sur le site Web du fabricant pour recevoir des rappels de mises à jour, qui doivent être téléchargés et exécutés immédiatement.

Formez les utilisateurs aux pratiques de sécurité

Comme pour tout autre réseau ou appareil, les personnes sont le maillon le plus faible du profil de sécurité pour la surveillance IP. Il est donc crucial d’élaborer et de documenter des directives et des politiques de cybersécurité, en offrant une formation en cybersécurité à tous les utilisateurs qui accèdent au système. Les utilisateurs doivent être informés des vecteurs d’attaque potentiels et de ce qu’ils doivent faire pour rester à l’abri des demandes d’agresseurs potentiels sous de faux prétextes. Ils doivent également être conscients des risques liés à l’accès au système, par exemple via une application mobile, sur un système Wi-Fi public non crypté.