S’orienter vers le métier de DPO

464

MT : Formation dpo certifiante : Une nouvelle fonction de plus en plus prisée

MD : Formation dpo certifiante : Depuis mai 2018, la formation dpo certifiante est devenue indispensable pour être en conformité avec le règlement général !

A voir aussi : Un chirurgien espagnol réalise sa première opération à distance avec le réseau 5G

Le DPO ou Data Protection Officer est le remplaçant du CIL, selon la Commission nationale informatique et libertés. Il a pour but de s’assurer que la protection des données personnelles est en règle et que les dispositions du règlement général soient respectées. Sa désignation est obligatoire pour les entreprises qui collectent, qui gardent et qui utilisent des données à caractère personnel. Mais quelles sont les compétences nécessaires à ce métier ?

Le DPO : Un métier d’avenir

Le DPO œuvre dans le domaine de la sécurité des données à caractère personnel. Il est l’intermédiaire de toutes les entités d’une entreprise. Il peut agir aussi bien dans une entreprise privée qu’un organisme public.

A découvrir également : Choix du casque TV : quels sont les critères à prendre en compte ?

Pour les entreprises dont l’activité est centrée essentiellement sur le traitement des données à grande échelle, il faut obligatoirement nommer un DPO. Il peut être interne ou externe à l’entreprise.

Il s’agit d’un métier d’avenir car les données constituent un enjeu majeur pour les entreprises. L’usage des données et leur protection sont donc incontournables.

Les missions du DPO dans le Big Data

A l’air du numérique, acquérir des connaissances en protection des données à caractère personnel est indispensable. En effet, le DPO a une mission primordiale : Assurer que le traitement des données se fasse selon les dispositions du règlement européen.

Le dirigeant d’entreprise ainsi que le responsable du traitement, sont tenus de rendre des comptes au DPO en ce qui concerne l’utilisation des données réalisées en interne.

Différemment du CIL, le rôle du DPO est plus large :

  • Veiller au respect de la loi sur les traitements de données et leur protection ;
  • Assurer la mise en conformité avec la loi ;
  • Proposer des solutions alternatives pour garantir les droits des personnes ;
  • Conseiller les dirigeants ;
  • Effectuer une analyse d’impact en cas d’irrégularités constatées ;
  • Alerter la direction en cas de violations de données ;
  • Gérer les risques.

Les divers types de formations pour être DPO

Pour devenir DPO, il faut incontestablement suivre une formation. Ça peut être des formations courtes comme longues afin d’accroître ses connaissances et compétences en la matière.

Généralement, pour accéder à la formation pour être DPO, il faut se rendre dans les écoles ou les universités d’ingénieurs.

L’université de Paris 2 Panthéon Assas par exemple un parcours professionnel de Data Protection Officer. L’ISEP lui, permet de détenir un management en protection des données à caractère personnel. Si vous ne détenez pas ce type de diplôme qualifiant, vous pouvez toujours, à partir d’un Bac + 3ou 5, dépendamment de votre formation de base, obtenir un certificat de qualification DPO.

Dans tous les cas, pour entrer dans la vie active, il faut être polyvalent et avoir des connaissances solides dans le domaine. Si ce métier offre des possibilités d’évolution, il faut toutefois avoir une expérience professionnelle pour poursuivre sa carrière. Voir ici pour en savoir plus sur une formation DPO certifiante.

Les qualités requises pour devenir un DPO

Afin de se lancer dans une carrière professionnelle et devenir un DPO, il faut que les consultants aient une solide compétence informatique et juridique.

En effet, le DPO doit avoir une parfaite maîtrise des concepts de base en terme de sécurisation des données. Aussi, il doit répondre aux besoins spécifiques des entreprises grâce à sa connaissance de la règlementation générale sur la protection des données.

Des fondamentaux du respect de la vie privée des personnes concernées en passant par les transferts de données ou encore la cyber-sécurité, rien ne doit lui échapper. Outre cela, dans sa spécialisation, il doit pouvoir collaborer avec l’équipe marketing, les ressources humaines ou encore le pôle de développement de la société.