Tout savoir sur le Web Application Firewall

27

Les méthodes existantes de détection des attaques de réseau sont de plus en plus inefficaces, surtout lorsque des exploits multiples sont utilisés. Aujourd’hui, énormément d’attaques sur les réseaux d’entreprise ont été menées via des applications web, malgré la présence de moyens de défense traditionnels. Continuez la lecture de notre article pour découvrir ce qu’est un WAF et son utilité.

Qu’est-ce qu’un WAF ?

Un pare-feu d’application web ou WAF permet de protéger les systèmes web en filtrant et en surveillant le trafic HTTP entre une application web et l’Internet. Il protège généralement les applications web contre les attaques telles que l’usurpation d’identité, le cross-site-scripting (XSS), l’inclusion de fichiers et l’injection SQL. Le pare-feu d’application web est un protocole de défense qui n’est pas conçu pour tous les types d’attaques mais plutôt comme un élément d’un ensemble d’outils qui, ensemble, créent une défense holistique contre une variété de vecteurs d’attaque. En déployant un WAF devant une application Web, un bouclier est placé entre le système Web et l’Internet. Alors qu’un serveur proxy protège l’identité d’une machine cliente par le biais d’un intermédiaire, ce service vous permet de protéger le serveur contre toute exposition en faisant en sorte que les clients passent par le pare-feu avant d’atteindre le serveur. Si vous souhaitez en découvrir davantage sur cette solution, vous pouvez vous renseigner auprès de Cloud Protector, une société professionnelle du secteur. Cliquez ici pour en savoir plus.

A lire également : Qu'est-ce qu'un micrologiciel ?

Comment fonctionne le WAF ?

Examinons de l’intérieur les mécanismes de fonctionnement du Web Application Firewall. Les étapes du traitement du trafic entrant sont les mêmes dans la plupart des pare-feu d’applications Web. Conventionnellement, il y a cinq étapes :

L’analyse du paquet HTTP provenant du client.

A lire en complément : 5 questions-réponses sur la sécurité de votre réseau sans fil résidentiel

Le choix des règles dépend du type de paramètre entrant.

La normalisation des données sous une forme adaptée à l’analyse syntaxique.

L’application de la règle de détection.

La prise de décision sur la nocivité du paquet.

À ce stade, le WAF met fin à la connexion ou passe au niveau de l’application. Toutes les étapes, sauf la quatrième, sont bien étudiées et sont les mêmes dans la plupart des pare-feu. Les règles de détection sont généralement discutées par le personnel informatique. Si nous analysons les types de logique de détection des attaques dans les quinze produits basés sur le WAF les plus populaires, les leaders seront : les expressions régulières, les tokénisateurs, les analyseurs lexicaux, la réputation des paquets, la détection d’anomalie, le générateur de score

Quelle est la différence entre une liste noire et une liste blanche de WAFs ?

Un pare-feu pour applications web qui fonctionne sur la base d’une liste noire (modèle de sécurité négatif) protège contre les attaques connues. Considérez la liste noire comme un videur de boîte de nuit chargé de refuser l’entrée aux clients qui ne respectent pas le code vestimentaire. En revanche, un pare-feu pour applications Web basé sur une liste blanche (modèle de sécurité positive) n’admet que le trafic qui a été approuvé au préalable. C’est comme le gardien de sécurité qui n’admet que les personnes figurant sur une liste. Les listes noires et les listes blanches ont toutes deux leurs avantages et leurs inconvénients. C’est pourquoi de nombreux pare-feu proposent un modèle de sécurité hybride, qui met en œuvre les deux.

L’intérêt de cette technologie tient en partie à la rapidité et à la facilité avec lesquelles il est possible de modifier les politiques, ce qui permet de réagir plus rapidement aux différents vecteurs d’attaque.