Le play-to-earn : le nouvel eldorado des gamers

10
Pièce de cryptommonaies

Bull market, NFT ou whale, le vocabulaire du crypto-trader peut sembler inaccessible au néophyte. Le concept de play-to-earn semble tout aussi cryptique, malgré son essor grandissant. Pourtant, il est en passe de révolutionner l’industrie du gaming, et plus particulièrement du crypto gaming. Du site pionnier Gambit au succès d’Axie Infinity, le concept a évolué pour atteindre un public toujours plus large. De quoi s’agit-il exactement ? Focus sur le phénomène du play-to-earn, ce système qui récompense les gamers en cryptomonnaie.

La blockchain, quand divertissement rime avec enrichissement

Espérer faire fortune en s’amusant n’a rien de neuf. Avant même l’avènement du jeu en ligne, casinos et jeux de grattage promettaient déjà de toucher le jackpot avec panache. Il ne fallait attendre que quelques années pour que l’univers des cryptomonnaies ne leur emboîte le pas.

A voir aussi : La voiture électrique Dyson : Que nous propose cette merveille ?

Las de miner sur l’ordinateur pour gagner quelques Bitcoins, un groupe de cypherphunks a l’idée de développer un modèle plus ludique basé sur la blockchain. Ils décident de récompenser les joueurs de leurs efforts sous forme de cryptomonnaie. L’initiative prend de l’ampleur, jusqu’à permettre d’échanger n’importe quel objet d’un jeu en ligne contre de la cryptomonnaie ou un NFT. Succès oblige, certains NFT se monnayent aujourd’hui à des millions de dollars.

Les NFT : comment ça marche ?

NFT ou non-fungible token signifie jeton non fongible, mais cette définition littérale pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. En pratique, un NFT est un jeton cryptographique généré par la blockchain. Chacun de ces items numériques dispose d’un identifiant propre, qui rend impossible toute duplication.

A lire également : Les avantages d’une plateforme e-commerce

Un NFT peut prendre la forme d’un avatar ou d’un objet virtuel, dont la valeur est liée à son caractère unique. Un avatar peut ainsi être distribué à des milliers de joueurs, mais chaque modèle est diffusé en un seul exemplaire authentifiable. Cette traçabilité a popularisé l’usage des jetons non fongibles dans le marché de l’art, à l’initiative de créateurs numériques comme l’Américain Beeple. C’est toutefois l’industrie du gaming qui reste précurseur en la matière.

Une petite histoire du play-to-earn

Au tournant des années 2010, les smartphones se démocratisent en même temps que les jeux en ligne. Le système du pay-to-win domine l’industrie, obligeant à déposer une somme d’argent pour espérer faire fructifier le capital investi. Les retours des joueurs sont mitigés, poussant les concepteurs de jeux crypto à se détourner d’un tel modèle.

Ils s’inspirent alors des casinos en ligne et leurs nombreuses offres incitatives. Permettant de gagner sans débourser un centime, les bonus sans dépôt préfigurent le futur modèle des plateformes de crypto gaming. Nul besoin d’investissement pour s’amuser et voir grossir se gains d’un seul clic. Certains sites offrent ainsi des bonus à leurs premiers joueurs, sous forme notamment de NFT. Les jeux de hasard sur la blockchain se multiplient, suivis par des jeux au gameplay plus élaboré. La plateforme pionnière Gambit met en ligne de grands classiques comme le Monopoly. Sans prix d’entrée, le site est pris d’assaut et termine victime de son succès, mais il ouvre la voie à de nombreux successeurs.

De Huntercoin à Cryptokitties : l’évolution du play-to-earn

En 2014, Huntercoin introduit la notion de blockchain gaming, en même temps qu’il développe une cryptomonnaie spécifique au jeu. Chaque joueur est en quête de HUC, à échanger contre des Bitcoins. Cette expérience novatrice ne devait durer qu’un an, avant que son succès fulgurant ne propulse l’avènement véritable du play-to-earn.

C’est ensuite l’Ethereum qui popularise ce système de récompense, avec la création de l’ERC (Ethereum Request for Comment) permettant de développer des NFT non réplicables. L’année 2017 marque les prémices de la folie des NFT, qui s’illustre avec les jeux Cryptokitties et Axie Infinity. Ces avatars pixelisés peuvent être achetés et utilisés pour progresser dans le jeu, puis revendus en échange de cryptomonnaie. En 2021, leur prix tutoie les sommets. Les jetons Axie les plus chers flirtent même avec les 600 000 dollars.

Quel avenir pour le play-to-earn ?

Depuis ses débuts, le play-to-earn ne cesse de se transformer. Le gameplay se complexifie, de RPG comme Lost Relic en TCG comme Gods Unchained. Les NFT revêtent également des caractéristiques innovantes, pouvant être dotés d’attaques spéciales ou générer eux-mêmes des revenus. De nouvelles plateformes fleurissent sans discontinuer, promettant un avenir radieux aux joueurs en quête de fun et de crypto-monnaie.