Facebook ose de plus en plus collecter ses données à des fins publicitaires

29

Il y a deux ans, un étudiant en droit de la faculté de droit de la Université Yale a publié un article qui allait influer sur la façon dont la loi antitrust devrait être appliquée à l’une des sociétés superstar de l’industrie des télécommunications. technologie en ÉTATS-UNISqui ne rentre pas dans les moules monopolistiques conventionnels de type Standard Oil. Maintenant, un autre article d’un ancien cadre supérieur en technologie publicitaire diplômé en droit de l’Université de Yale, soutient que l’affaire Facebook abus de pouvoir.

Dans son article intitulé “The Antitrust Case Against Facebook”, l’auteure Dina Srinivasan examine de plus près l’évolution de l’opinion de Facebook sur la collecte de données des utilisateurs, qui a permis à l’entreprise de devenir une star. Lorsque Facebook est devenu puissant et populaire, dit M. Srinivasan, l’entreprise a été en mesure d’ignorer les objections concernant ses pratiques de collecte de données.

A lire en complément : Analphabétisme numérique : promouvoir l'accès à l'Internet au Brésil

L’argument de Srinivasan porte essentiellement sur deux préoccupations au sujet de Facebook – les abus possibles du pouvoir monopolistique et la violation de la vie privée des utilisateurs – non pas comme des questions distinctes, mais comme les deux faces d’une même médaille. Il s’agit d’une idée relativement nouvelle qui est reprise dans une ordonnance récente de l’autorité antitrust allemande (Facebook a déclaré que l’autorité de réglementation allemande avait eu tort de lier l’application des lois sur la vie privée et les lois antitrust et a annoncé qu’elle ferait appel de la décision).

Le document a été publié cette semaine dans le Berkeley Business Law Journal de l’Université de Californie, et j’ai lu une version publiée dans la revue Internet il y a deux semaines.

A lire également : Galaxy S10 : Le nouveau pari de Samsung contre Apple

Voir aussi

  • Apple-Watch-Series-3TECHNOLOGIERetardée, Apple planifie une horloge avec surveillance du sommeilquery_builder 27 fév 2019 – 09:02 AM
  • Fernando Prado, co-fundador e CEO da ClickBusTECHNOLOGIEClickBus accepte désormais bien plus que les cartes de paiementquery_builder 27 fév 2019 – 15h02

Je laisserai les experts juridiques évaluer la validité de l’analyse de Srinivasan sur la question antitrust. Ce qui m’a attiré, c’est votre lecture sélective, mais non inexacte, sur l’histoire de Facebook, qui ose de plus en plus souvent recueillir des informations dans le but de personnaliser les annonces.

Dans les premières années de Facebook, dit M. Srinivasan, l’entreprise était en concurrence avec réseaux sociaux autrefois populaire, comme MySpace, qui prétend en partie défendre la vie privée des gens. Mais lorsque Facebook est devenu un outil indispensable dans la vie numérique, il a acquis le pouvoir de renverser les promesses de ne pas collecter certains types d’informations sur l’activité des gens sur Internet.

L’article de Srinivasan rappelle que la pratique de Facebook de collecter des dossiers numériques à des fins commerciales ne s’est pas produite d’un seul coup, mais à un rythme lent qui a écrasé – ou attendu qu’ils cessent – les objections selon lesquelles Facebook trompait le public ou portait atteinte à la vie privée des gens. Cette histoire continue d’être pertinente parce que Facebook travaille à relier plusieurs plateformes sociales sur Internet d’une manière qui est susceptible de générer encore plus de données sur les utilisateurs pour l’entreprise.

Dans un exemple particulièrement convaincant, Srinivasan se concentre sur les boutons ” j’aime ” et ” partager ” de Facebook. L’entreprise a commencé à utiliser les ressources en 2010 et maintenant elles sont sur des millions de sites Web. Beaucoup d’utilisateurs de Facebook ne le savent pas, mais ces codes logiciels permettent à l’entreprise de recueillir des informations lorsque les gens visitent des sites Web à l’extérieur de Facebook, que les gens cliquent ou non sur des boutons.

Au départ, Facebook a dit à ses partenaires et au public qu’il ne surveillait pas la navigation des gens sur le Web et qu’il n’utiliserait pas cette information pour des annonces personnalisées. Les déclarations initiales de l’entreprise au sujet des renseignements recueillis et du moment où ils l’ont été n’étaient pas entièrement exactes, mais Srinivasan soutient que Facebook était au moins prudente à l’égard de ces pratiques. Il existait un nombre suffisant de réseaux sociaux alternatifs compétitifs pour générer des réactions négatives à chaque fois que l’entreprise allait trop loin par rapport aux types d’informations qu’elle voulait collecter ou à la manière de transmettre les actions des personnes sur Internet.

Puis, en 2014, Facebook a modifié sa politique pour permettre l’utilisation de données provenant d’activités Web pour le ciblage publicitaire. L’entreprise, écrit Srinivasan, “ferait exactement ce qu’elle a passé sept ans à jurer qu’elle n’avait pas fait et ne ferait pas, et a finalement fait ce que le marché auparavant concurrentiel l’avait empêchée de faire.

Pour Srinivasan, cela faisait partie des tactiques standard de Facebook en matière de collecte de données. L’entreprise s’est tellement développée, dit-elle, qu’elle pourrait enfin changer les règles du jeu.

J’ai été impressionné par le fil conducteur qui relie les récents scandales de confidentialité des données sur Facebook, la lecture de l’histoire de Facebook par Srinivasan et les conclusions de l’autorité antitrust allemande. Ceux qui se méfient de Facebook doivent maintenant faire un choix désagréable entre la surveillance permanente d’une entreprise puissante et l’abandon d’un outil fondamental de la vie moderne. Et ce n’est pas le fruit du hasard.

*Cette chronique ne reflète pas nécessairement les opinions du comité de rédaction ou de Bloomberg LP et de ses propriétaires.